Comment faire connaître son centre auditif ?

« À chacun son domaine d’expertise », c’est une phrase que l’on entend bien souvent, mais qui ne peut pas toujours être appliquée à la lettre. Pour les petites structures, comme les centres auditifs, la communication et la publicité ne peuvent pas être gérées par une personne dédiée en interne. Lorsque nous ne souhaitons pas non plus faire appel à des experts en la matière qui coûteraient un certain prix, nous partageons quelques bonnes astuces pour faire connaître son centre auditif.

Faire connaître son centre auditif

A-t-on le droit de faire de la pub pour son centre auditif ?

Les centres auditifs sont des établissements paramédicaux. De ce fait, ils sont régis par les mêmes lois qui encadrent le secteur médical. Normalement, il est donc interdit d’en faire de la publicité au sens propre du terme. Bien que nous puissions souvent observer des dérives dues à des interprétations multiples, les textes de lois doivent être appliqués par tous les centres qui agissent en conformité.

Quels sont les textes de loi qui encadrent la communication des centres auditifs ?

Les obligations

« La location, le colportage, les ventes itinérantes, les ventes dites de démonstration, les ventes par démarchage et par correspondance des appareils de prothèse auditive sont interdites »

Le Code de la santé publique (quatrième partie, livre III, titre VI, chapitre Ier), article L4361-7, modifié par la loi n. 2005-102 du 11 février 2005.

Dans toute la communication autour des appareils médiaux vendus, il faut donc être vigilant. En effet, la publicité peut rapidement s’apparenter à du démarchage. De ce fait, il est conseillé d’éviter les communications du type « ces appareils auditifs vont vous changer la vie ». Il est vivement conseillé de rester factuel sur les avantages des appareils vendus. Par exemple : « ces appareils disposent de 12 canaux de réglages qui permettent de s’adapter à votre audition ».

« La mention, dans la publicité auprès du public […], que ces produits sont remboursés, même partiellement, par les régimes obligatoires d’assurance maladie ou par un régime complémentaire est interdite. Cette disposition ne s’oppose pas à ce que tout opérateur vendant au public de tels produits ou prestations fournisse au consommateur, sur le lieu de la vente et au moment de celle-ci, toute information sur son prix ainsi que sur les conditions de prise en charge par l’assurance maladie du produit ou de la prestation offerte à la vente, de ses différents éléments constitutifs dans le cas de dispositifs modulaires et des adjonctions ou suppléments éventuels »

Code de la Sécurité sociale (article L165-8)

Ainsi, les centres auditifs ne sont normalement pas autorisés à communiquer autour de l’impact du 100% santé sur les appareils auditifs. Nous pouvons donc mettre de côté les phrases du genre : « appareils auditifs 100% remboursés », ou encore « Appareils auditifs gratuits » qui n’appliquent pas cette réglementation, ni celle ci-dessus.

Les recommandations

« s’imposer à ne pas employer des termes ou des phraséologies susceptibles de provoquer des espérances illusoires auprès du public », « s’abstenir d’affirmer une exclusivité de produit, de méthode ou de service qui ne soit pas réel dans les faits ou qui ne soit pas démontrable objectivement », « éviter toute publicité qui puisse créer une image négative de la surdité […] ou déprécier la profession et le monde médical »

Code de déontologie européen de la profession des audioprothésistes, défini en 1988 par l’Association européenne des audioprothésistes (AEA)

Cet extrait est tiré du code de déontologie des audioprothésistes. Ainsi, ils ne constituent pas des obligations légales. Cependant, il est très vivement conseillé de s’y adapter.

« les fournisseurs s’interdisent de faire pression sur les assurés au moyen de colportage, par des ventes itinérantes, des ventes dites de démonstration, des ventes par démarchage et par correspondance (Code de la santé publique), ainsi que par des procédés destinés à drainer la clientèle au moyen de dons de toute sorte, par des pressions auprès des organismes sociaux, ristournes aux praticiens sous quelque forme que ce soit, (…). L’audioprothésiste a la faculté d’informer les assurés sociaux sur la nature de son activité ; cette information doit présenter un caractère général précisant essentiellement son lieu d’exercice et le type de matériels qu’il délivre« 

Arrêté du 13 août 1992 (JO des 24 et 25 août 1992), article 3

Cet extrait vient de la convention entre les organismes d’assurance maladie et les audioprothésistes. Elle soulève des points qui ne sont pas obligatoires non plus, mais fixe des conditions qui doivent être respectés pour le bon accès des patients à leur prise en charge.

Indépendant ou franchisé, quelle différence ?

Le statut de son centre auditif a un impact très important sur sa communication. En tant que franchisé, des supports de communications clés en main peuvent être mis à disposition.

Pour ce qui est des centres indépendants, faire connaître son centre auditif et plus ardu. Ce n’est pas pour autant impossible ! En effet, lorsque l’on est bien référencé auprès des patients, l’élément le plus important pour faire connaître son centre est sa localisation.

Quels leviers utiliser pour faire connaître son centre auditif ?

Pour que les patients puissent venir, et leur faire connaître le centre auditif, il existe de nombreux supports qui permettent de bien se référencer parmi tous les centres auditifs :

  • Une fiche entreprise sur Google.
  • Une fiche sur les Pages Jaunes.
  • L’apparition dans l’annuaire des audioprothésistes.
  • La présence dans un annuaire local.
  • Une apparition dans un journal local (pour avertir d’une ouverture prochaine ou d’un changement majeur).
  • La présence sur les sites internet de ses partenaires (fournisseurs, assureurs…)

Ces éléments permettent de gagner en visibilité. Les patients pourront ainsi trouver facilement le centre, s’ils cherchent à s’équiper.

Enfin, il ne faut pas hésiter à leur demander de laisser une note ou un commentaire sur sa fiche entreprise. Cela peut permettre à de futurs patients de faire plus facilement leur choix parmi les différents centres auditifs.